Non, un superordinateur n’a pas réussi le test de Turing (Tech Dirt)

Le concept d’intelligence artificielle est passionnant. L’idée qu’un ordinateur ou un programme informatique puisse imiter toute la complexité de l’intelligence humaine est une idée qui bouscule nos conceptions technologiques et pose des questions de société. Des robots avec une telle intelligence seront-ils considérés comme des êtres vivants? jouiront-ils de droits spéciaux, ou même égaux à ceux des humains? Verra-t-on les premiers couples humains-robots?

Je viens justement de terminer la saison 2 de Äkta människor, une série suédoise qui se déroule dans un monde parfaitement similaire au nôtre, sauf qu’il existe des robots humanoïdes particulièrement intelligents, utilisés surtout comme travailleurs, en usine ou à la maison. Certains ont un code particulier qui leur donne le libre arbitre et empêche de les distinguer facilement des humains. La série traite assez bien des aspects sociologiques d’une telle interaction entre humains et robots « presque humains » appelés « hubots » (human robots): amitié, voire amour, entre humains et hubots, droits et discriminations envers les hubots, problème du remplacement des humains par des hubots au travail, partis politiques anti-hubots, labels de consommation « hubot-free » (produit réalisé dans une usine n’employant pas de hubots), etc.

Mais comment établir des critères qui permettront de dire qu’un robot est intelligent ou pas? Lire la suite