Le problème de la reproductibilité (Steven Novella)

Traduit de « The Reproducibility Problem », publié par Steven Novella le 31/08/2015 sur son blog NeuroLogica.


Une récente et gigantesque étude tentant de répliquer 100 études publiées en psychologie a reçu beaucoup d’attention dernièrement, non sans raison. La couverture médiatique a été généralement bonne, à vrai dire – probablement parce que les résultats sont plutôt bancals. Beaucoup se sont empressés de mettre en avant que « la science n’est pas cassée » tandis que d’autres se demandaient « la science est-elle cassée? »

Alors qu’ils étaient nombreux à être surpris par les résultats de l’étude, les auteurs en premier, je n’étais personnellement pas surpris du tout. Les résultats vont dans le sens de ce que je raconte depuis des années sur ce blog et sur SBM [NdT: Science-Based Medicine, un blog auquel contribue Steven Novella] – nous devons prendre beaucoup plus au sérieux la réplication.

Voici les résultats de l’étude: Lire la suite

Publicités

Des vérités individuelles (NY Times)

La recherche scientifique est une des plus nobles et passionnantes activités humaines. Mais les hommes de science sont des hommes avant tout, et, malgré des succès indéniables – et impensables dans n’importe quelle autre activité –, la recherche souffre aussi de problèmes internes.

Il y a quelques temps, le sujet du biais de publication avait déjà été abordé sur ce blog, avec une proposition d’un chercheur pour changer le processus de publication afin de réduire ce biais. Aujourd’hui, on s’interroge sur le problème des recherches non reproductibles, ou non réplicables, avec un article de George Johnson, publié dans la section Science du New York Times le 20 janvier 2014 et sous le titre « New Truths That Only One Can See« .


Carl WiensDepuis 1955, le Journal of Irreproducible Results [Journal des résultats non reproductibles] nous a offert « des caricatures, des parodies, des fantaisies, du burlesque, du ridicule, des satires » à propos de la vie au laboratoire. Parmi ses plus grands titres: « Oscillations acoustiques dans la gelée, avec et sans fruit, soumise à divers niveaux de stress » et « Utiliser des boucles infinies pour calculer une valeur approximative de l’infini. » Ces plaisanteries bon enfant sont une célébration détournée de la science. Ce qui se déroule réellement au laboratoire est d’une nature plus noble et plus sérieuse.

Ce fut déconcertant d’apprendre, ces dernières années, Lire la suite