Probiotiques (Mark Crislip)

Voici un article qui était depuis un bon bout de temps dans ma liste à traduire, mais que j’avais laissé de côté parce qu’il est un peu long. Je me suis décidé il y a quelques jours à me lancer dans sa traduction, et ça tombe plutôt bien puisque ça coïncide assez bien avec la sortie de la dernière BD du pharmachien sur le même sujet: les probiotiques. Olivier Bernard (le pharmachien) a utilisé comme source principale l’article de Science-Based Medicine de Mark Crislip qui est ici traduit. Allez donc voir la BD du pharmachien, puis pour plus de détails, revenez ici lire cette magnifique traduction.

Article original: « Probiotics » publié par Mark Crislip sur Science-Based Medicine le 16 janvier 2009.


Le Wall Street Journal a publié un article sur les probiotiques dans son édition du 13 janvier 2009, intitulé « Bug Crazy: Assessing the Benefits of Probiotics. » Il arrive régulièrement que je sois accosté alors que je déambule dans les couloirs de l’hôpital par des gens me montrant de tels articles et me demandant ce que j’en pense. Les probiotiques sont intéressants. Il s’agit de bactéries vivantes que l’on donne afin de soigner et prévenir certaines maladies. Les probiotiques se situent également dans ces zones où la médecine scientifique et les médecines (prétendument) alternatives s’enchevêtrent. Il y a de bonnes études cliniques qui suggèrent certains domaines dans lesquels ils sont bénéfiques, mais certains aspects de leur utilisation sont complètement extrapolés par rapport au bénéfice réel que les probiotiques peuvent apporter. Cet enchevêtrement entre la médecine alternative et la vraie médecine consiste surtout pour les premiers à être créatif pour faire une montagne thérapeutique à partir de quelque chose de cliniquement insignifiant. L’article du Wall Street Journal fait partie de ce genre de journalisme qui me. rend. fou. Lire la suite

Pas d’effets secondaires est un effet important (Mark Crislip)

Dans l’article ci-dessous, Mark Crislip discute d’un article scientifique publié dans PLOS ONE où les auteurs suggèrent que l’absence d’effet secondaire est un des facteurs pouvant expliquer la ténacité des médecines alternatives (entendez « les médecines qui ne fonctionnent pas »).

Article original: « No Side Effects is an Important Effect », posté par Mark Crislip le 18 juillet 2014 sur le site web de la SfSBM (Society for Science-Based Medicine).


Je reste inlassablement curieux des raisons pour lesquelles les gens utilisent, et continuent d’utiliser les pseudo-médecines. J’ai lu la littérature mais je trouve les articles peu satisfaisants. Ils me semblent incomplets et je soupçonne qu’il y a en fait autant de raisons pour les utiliser que de gens qui y ont recours.

Ceci dit, cela n’empêche pas de faire des généralisations.

Ces pseudo-médecines ne font rien, donc pourquoi les gens continuent-ils à y souscrire? Lire la suite