Le vol de l’âme par la photographie (Matt Crowley)

Article original: « Soul Theft through Photography », par Matt Crowley sur le CSI.


Une des fonctions fondamentales du scepticisme est l’analyse des concepts. Elle va de pair avec le scepticisme scientifique traditionnel qui évalue des affirmations d’une manière directe, plus terre-à-terre. Un des avantages que ce genre d’analyse a par rapport avec le travail d’investigation, c’est qu’elle peut être faite entièrement par l’esprit et permet donc d’éviter les limitations liées au temps, déplacement ou tout investissement en ressources physiques.

Considérons l’idée que prendre une photographie de quelqu’un « vole son âme ». Pour la plupart d’entre nous dans les pays développés, cette idée est considérée comme une peur pré-technologique née de la simple ignorance de la photographie. C’est un concept facile à rejeter tellement il semble simpliste et clairement faux. J’affirme pourtant ici que ça vaut la peine de prendre l’idée plus au sérieux, car cela nous permet d’exercer nos compétences d’esprit critique et démontre qu’il y a souvent beaucoup plus de choses à creuser dans une affirmation extraordinaire quand on se met à la décortiquer minutieusement.

Je commencerai par considérer la proposition brute et faire l’hypothèse qu’elle n’a pas été énoncée de façon précise par un théologien. Au minimum, on peut distinguer cette idée des croyances sur la photographie par des groupes tels que les Amish. Pour eux, les photos de membres de la communauté sont considérées comme des « images gravées » ou des « idoles » et violent donc le second commandement biblique. Pour certains Amish, le problème du consentement devient important, étant donné qu’une participation active par rapport à une photo d’eux-même est considérée comme de l’orgueil, qui est un péché1.

Les croyances religieuses et spirituelles de certaines cultures ne sont pas détaillées dans des archives écrites. L’anthropologue et photographe documentaliste Carolyn J. Marr2 note que certains amérindiens ont affirmé ne pas vouloir être photographiés sur base de la croyance que la photographie leur volerait leur âme. Il semble cependant que cette croyance n’était pas partagée par tous les amérindiens puisqu’on trouve de nombreux exemples de portraits soigneusement mis en scène d’amérindiens posant pour l’occasion3. La nature imprécise de la peur du vol de l’âme apparait même dans la culture pop humoristique. Dans l’épisode de Futurama « The Thief of Baghead », les personnages débattent sur la question de savoir si leur âme ou leur « force vitale » était extirpée de leur corps lors d’une impression photographique4. Même sous un jour humoristique, cet extrait de Futurama illustre bien que le flou qui entoure le concept d’âme. Ne parlons même pas de ses fondements empiriques.

Considérant que certaines personnes à certaines époques ont véritablement cru que la photographie pouvait voler leur âme, comment analyser cette affirmation? On peut raisonnablement poser l’hypothèse que l’âme est faite de lumière, car si ce n’était pas le cas, pourquoi s’inquiéter qu’une machine conçue pour capturer la lumière puisse capturer l’âme? Si l’âme était autre chose que de la lumière, nous pourrions tout aussi bien s’inquiéter qu’elle soit capturée par un aspirateur, une ligne de pêche ou encore un sac Ziploc.

Puisque le processus photographique n’est pas instantané, pas plus que le mouvement de la lumière, nous devons nous demander à quel moment précis le vol de l’âme a lieu. Est-ce que cela arrive lorsque l’obturateur s’ouvre, ou bien lorsque la lumière pénètre à travers la lentille? Peut-être cela a-t-il lieu lorsque la lumière atteint le négatif ou le détecteur électronique. Peut-être cela doit-il attendre que l’image soit imprimée, ou bien partagée de façon électronique.

Prenons en considération le fait que la lumière peut être capturée sans lentille, comme avec une caméra à sténopé. Par la pensée seulement, nous pouvons éliminer la lentille comme une condition nécessaire au vol de l’âme. Le négatif ou le détecteur sont-ils une condition nécessaire? Quid si on utilise une chambre noire? Et qu’en est-il si la lumière émanant du sujet est reproduite par une main humaine? Un artiste de talent peut dessiner ou peindre une image très réaliste du sujet sur papier ou sur toile en utilisant une chambre noire ou une chambre claire5.

L’âme est-elle d’un seul tenant, ou bien est-elle divisible? Si chaque humain n’a qu’une seule âme, que se passe-t-il si deux photographies sont prises de la personne? Leur âme est-elle volée deux fois? Si l’âme est d’un seul tenant, comme la Statue de la Liberté, peut-elle être à deux endroits en même temps? Si l’on prétend que l’âme est immatérielle, et donc potentiellement omniprésente, pourquoi alors s’inquiéter des appareils photos tout court? Si l’on accepte que l’âme est faite de lumière et peut être volée par les appareils photos, que peut-on dire des photos en noir et blanc? Est-ce que les photos en couleur contiennent plus d’âme que les âmes supposément volées par Diane Arbus? Dans toute cette discussion se trouve un présupposé tacite qu’on parle de lumière visible. Pourtant, des humains émane également de la lumière invisible sous forme de rayonnement infrarouge (IR). Si je pointe un thermomètre vers vous, je collecte de la lumière infrarouge. Est-ce que je vole votre âme? Le thermomètre IR nous oblige à considérer la question de savoir si nos âmes existent seulement dans la fourchette de fréquences visibles par l’humain. La métaphore du thermomètre IR nous offre un autre casse-tête, étant donné que de nombreux thermomètres IR commerciaux donnent simplement un affichage digital numérique de la température mesurée. Dans un tel cas, le résultat peut être vu comme la « brillance » d’une couleur de l’objet mesuré. En gros, il s’agit de la valeur numérique représentant une couleur unique. En photographie conventionnelle cela correspond à un histogramme, un graphique représentant les multiples couleurs de l’image. Cela amène un nouveau problème: en considérant, pour l’argument, que l’âme est capturée sur un capteur digital, que peut-on dire si nous ne pouvons voir qu’un affichage numérique ou graphique des valeurs électroniques? Cela peut paraître étrange, mais c’est en fait ce que l’on fait lorsqu’on pointe un thermomètre IR vers une surface. Si nous acceptons l’idée que nous ne volons pas d’âme simplement en mesurant la température d’une personne, pourquoi est-ce le cas? Est-ce parce que le fait de voir une représentation non-abstraite, non-numérique de la personne est une condition nécessaire?

Il y a également la supposition tacite que notre âme est seulement constituée de la lumière réfléchie par notre peau, un organe qui ne constitue qu’une fraction de notre corps. Prenez l’endoscopie. Est-ce qu’un gastroentérologue peut accidentellement voler votre âme s’il fait une photo de votre gros intestin? Le colon n’est pas moins que votre peau une partie de vous.

Mais considérons pour l’argument qu’une condition nécessaire pour voler l’âme est de capturer la lumière réfléchie par la peau d’une personne. En stipulant ceci, nous éliminons d’emblée certaines images comme les radiographies médicales. Mais qu’en est-il des scanners à ondes millimétriques que l’on trouve un peu partout dans les aéroports américains? Avec ces scanners, des images relativement détaillées de la peau d’une personne peuvent être vues par-dessous les vêtements. Dans un tel cas, l’âme de la personne pourrait-elle être volée même si la personne est entièrement vêtue, comme avec une burka? En laissant de côté la technologie des scanners à ondes millimétriques, une autre question est soulevée. Considérez le fait que la plupart des gens portent des vêtements au moment de la photographie. Puisque l’identité visuelle de quelqu’un est surtout associée à son visage, peut-être que la visibilité du visage sur la photo est une condition nécessaire du vol de l’âme. Mais si on porte un masque? On aborde alors une pente glissante: on peut se couvrir ou se masquer petit à petit jusqu’à être complètement caché. Y a-t-il un moment précis dans ce continuum entre être complétement nu et complétement caché où le vol de l’âme devient impossible?

Comme dans de nombreux sujet de loi, l’intention joue un rôle fondamental. Pour qu’il y ait un vol, il faut un voleur. Peut-être la présence d’un photographe est une condition nécessaire. Mais un nouveau problème surgit, puisque nous devons considérer le cas des auto-portraits. Une personne peut-elle voler sa propre âme avec un selfie? Se voler quelque chose à soi-même est-il même un concept qui a le moindre sens? Toutes les autres conditions considérées nécessaires peuvent être réunies: un appareil pour capturer la lumière, un photographe, un sujet pris en photo, une représentation non-abstraite de la personne. Mais notre pensée est peut-être trop limitée; peut-être qu’il se passe quelque chose de tout à fait autre. Peut-être l’âme est désintégrée et quitte le corps pendant le selfie, mais revient lorsque l’image est postée sur Facebook.

Peut-être que notre concept d’âme en tant qu’objet indivisible est trop étroit. Que se passe-t-il avec un appareil numérique lorsque l’âme atteint le capteur? Est-ce que chaque pixel contient une partie de l’âme? Ou on pourrait plutôt considérer que l’âme est de nature holographique, et chaque pixel contient en un sens toute l’information nécessaire pour ré-assembler l’âme complète.

Notre pensée est aussi contrainte par la supposition qu’il y a un seul appareil en train de fonctionner. Qu’en est-il si nous utilisons deux appareils pour capturer une image stéréoscopique? Ce n’est pas forcément une idée futile puisque les images stéréoscopiques faisaient fureur pendant l’époque Victorienne6. Une image stéréoscopique est fondamentalement différente d’une image 2D vu que la 3D est perçue par le cerveau de l’observateur. Mais qu’est-ce que ça signifie pour l’âme? Peut-être l’âme contient-elle une information spatiale, ou plus techniquement des « métadonnées cartésiennes », déjà perçues par les amateurs de sensations victoriennes.

Que dire de la distance entre l’appareil et le sujet? Quid si le sujet est dans le cadre de l’image, mais trop loin pour être vu? Si cela n’a pas d’importance, alors des âmes ont été massivement volées lors du fameux « lever de Terre », cette photo de notre planète prise pendant la mission Apollo 8 en 1968. La NASA est-elle le plus grand cambrioleur d’âmes ayant jamais existé?

Un autre point troublant est la mort du sujet. Les photos des être humains décédés est-elle également tabou? La plupart des idées sur l’âme la font quitter le corps après la mort. Pourtant si l’âme est de la lumière réfléchie par la peau de quelqu’un, alors il y a toujours de la lumière reflétée par la peau après la mort.

Cet exercice a pour but de démontrer que de nombreuses affirmations extraordinaires sont mal formulées dès le départ. Même une affirmation qui semble ridiculement simple en surface peut contenir des paradoxes, des incertitudes et de multiples suppositions tacites. C’est compréhensible dans le cas de l’étude de sujets marginaux, vu que les affirmations extraordinaires existent surtout en-dehors du domaine de la science conventionnelle, laquelle place une importance énorme sur la définition précise des concepts. L’analyse des affirmations extraordinaires, une activité au cœur même du scepticisme,  offre au sceptique un terrain fertile d’idées dont l’analyse seule permet de révéler les paradoxes, incertitudes et suppositions tacites. Avant d’entamer le travail brut du scepticisme scientifique, un peu de temps dévoué à l’analyse des affirmations est souvent très constructif.


Références

1. http://www.padutchcountry.com/towns-and-heritage/amish-country/amish-and-photographs.asp.

2. http://content.lib.washington.edu/aipnw/marr.html#author.

3. http://www.loc.gov/teachers/classroommaterials/connections/pacific/thinking3.html.

4. http://futurama.wikia.com/wiki/The_Thief_of_Baghead.

5. http://neolucida.com/history/.

6. http://www.brianmay.com/brian/magsandpress/SWvol33no5_08/LondonStereoReborn.html.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s