Les jumeaux d’Oliver Sacks et les nombres premiers (Pepijn van Erp)

Les livres d’Oliver Sacks sont passionnants. Il y raconte les cas les plus étranges qu’il a rencontrés dans sa longue carrière de neurologue et le fait avec un certain talent. Je n’ai personnellement pas pensé à remettre en question la crédibilité des histoires qu’il y raconte, mais Pepijn van Erp a tout de même soulevé un sourcil quand il a lu, dans « L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau » celle des jumeaux savants, capables, d’après Sacks, de prouesses étonnantes avec certains nombres. Pepijn van Erp nous explique pourquoi il est sceptique.

Article original: « Oliver Sacks’s Twins and Prime Numbers » du 9 mai 2012 sur le blog Pepijn van Erp.


Dans son livre « L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau » (1985), Oliver Sacks décrit un cas intrigant de syndrome du savant. Il raconte l’histoire de sa rencontre avec les jumeaux John et Michael, qui avaient été placés en institution depuis leur enfance, ayant reçus les diagnostics variés d’autistes, psychotiques ou sévèrement retardés. D’autres avant Sacks avaient déjà étudié ces garçons et s’étaient aperçus qu’ils étaient très doués dans les calculs de calendrier. Pour n’importe quelle date donnée, ils pouvaient dire rapidement de quel jour de la semaine il s’agit. Sacks découvre cependant chez ces jumeaux une capacité bien plus inattendue lorsqu’il les observe en 1966. Lire la suite

Publicités