Le mythe du cerveau gauche – cerveau droit (Steven Novella)

L’article d’aujourd’hui porte sur le mythe du cerveau-gauche/cerveau-droit, c’est-à-dire la croyance que les gens ont une personnalité globalement affectée par la dominance d’un hémisphère cérébral sur l’autre. Steven Novella s’attache à critiquer cette idée dans un article publié le 6 août 2013 sur Science-Based Medicine: « Left Brain – Right Brain Myth ».


hemisityAprès des années passées à analyser des affirmations douteuses mais populaires, vous avez l’impression qu’à peu près toute connaissance passée à travers la conscience populaire est fausse, au moins en première approximation. Cela peut paraître cynique, mais pensez au domaine dans lequel vous avez une certaine expertise et comparez vos connaissances avec ce qu’une personne lambda croit connaître de ce domaine. Extrapolez maintenant à tout autre domaine d’expertise.

Je suis peut-être un sceptique, mais je ne suis pas un nihiliste. Je pense que la situation peut être améliorée, et est en train de l’être, en popularisant la science et d’autres domaines de la connaissance. Les experts se doivent d’être directement impliqués dans l’enseignement de leur domaine au public, et lorsqu’ils le sont, les croyances populaires peuvent être corrigées.

Un de ces exemples est le mythe selon lequel nous n’utilisons que 10% de notre cerveau. C’est une croyance encore fort populaire, et a récemment été utilisé comme élément central d’une nouvelle superproduction, Lucy. Néanmoins, faites une recherche Google « cerveau 10% » et vous ne trouverez rien d’autre que des liens vers des sites web qui démontent ce mythe, au moins dans les quelques premières pages de résultats.

Un autre mythe populaire infondé est la notion que les gens ont soit un cerveau gauche dominant soit un cerveau droit dominant dans leur personnalité et leur style cognitif. Faites une recherche Google « cerveau gauche cerveau droit » et vous obtenez un mix de sites crédules, comme ce site de test de personnalité qui affirme:

Nous évoluons dans notre vie avec une série d’étiquettes liées à notre personnalité – introverti, optimiste, ferme mais discret, hyperémotif, etc. Mais cerveau-gauche ou cerveau-droit? Ils ne sont pas si connus. Et pourtant, que notre hémisphère gauche soit plus dominant ou notre droit, cette différence peut avoir un impact sur notre personnalité et sur les décisions que nous prenons. Par exemple, les personnes cerveau-gauche sont plus organisées et systématiques. Les cerveau-droit sont plus créatifs et intuitifs. De quel côté de votre cerveau vous levez-vous le matin? Faites le test et découvrez!

La culture populaire semble s’enticher d’idées sexy ou qui répondent à un certain besoin psychologique. L’idée qu’on n’utilise que 10% du cerveau signifie que nous avons un énorme potentiel non dévoilé. Le concept cerveau-gauche/cerveau-droit nourrit une certaine fascination pour soi ainsi que le sentiment de contrôle et de compréhension qui résulte de l’attachement d’étiquettes simples et générales aux personnes.

Une étude récente adresse directement la question de savoir s’il existe ou non une base neurologique aux styles cognitifs hémisphère-dominant, mais avant de regarder cette étude, faisons un peu le point sur le cerveau.

Il n’y a aucun doute sur le fait que le cerveau est bien divisé en deux hémisphères, droit et gauche. Ces hémisphères sont responsables de tâches différentes. Des capacités cognitives spécifiques sont localisées selon trois dispositions de base. Elles peuvent être bilatérales, ou diffuses, de sorte qu’elles ne sont pas localisées dans un hémisphère unique. La plupart de ce que font nos lobes frontaux sont, en ce sens, bilatéralement redondants .

D’autres capacités sont localisées dans les deux hémisphères, chacun gérant la partie opposée. Par exemple, chaque hémisphère gère la vision pour le côté opposée du champ du vue.

Enfin d’autres capacités sont localisées, latéralisées, dans un hémisphère unique. Pour les personnes à hémisphère gauche dominant (ce qui est le cas de la majorité des gens), le langage et les maths sont localisées dans l’hémisphère gauche, tandis que la musique et les processus spatio-visuels sont localisées dans l’hémisphère droit. Ce sont ces faits qui ont probablement mené à l’idée du cerveau-gauche/cerveau-droit.

Cependant, le simple fait qu’il y ait des capacités spécifiques localisées à un endroit précis du cerveau dans un hémisphère ne signifie pas que notre personnalité générale ou notre style cognitif sont également localisés dans un hémisphère ou présentent une dominance hémisphérique. La plupart des fonctions cognitives de base ne sont simplement pas localisées de cette manière.

De plus, les deux hémisphères ont énormément d’interconnectivités. Le corps calleux, par exemple, est une sorte de câble épais qui parcourt les deux hémisphères, et il existe également d’autres câbles plus petits. Il y a beaucoup de réseaux neuronaux qui s’étendent à travers les deux hémisphères. Les deux côtés du cerveau travaillent main dans la main afin de produire une conscience unique.

Il n’existe aucune base crédible en neurosciences pour l’hypothèse que les gens ont des styles cognitifs avec une dominance d’un hémisphère particulier. Il s’agit tout simplement d’un mythe populaire créé de toute pièce. Je n’ai pu trouver dans la littérature publiée qu’un seul chercheur en psychologie, Morton, qui défendait cette idée, appelant ce phénomène « hémisité ».

Si nous considérons « l’hémisité » comme une proposition sérieuse, que nous montrent les preuves?

Une étude de 2013 a étudié la question grâce à l’IRM fonctionnelle sur différents sujets.

La latéralisation des connections cérébrales semble être une propriété locale plutôt que globale des réseaux neuronaux, et nos données ne collent pas avec un phénotype cérébral d’un réseau plus fortement dominant à droite ou à gauche d’un individu à l’autre. De légères augmentations en latéralisation ont été constatées en fonction de l’âge, mais aucune différence n’a été observée entre genres.

Ce qu’ils ont trouvé en regardant à quelques milliers de régions cérébrales, c’est qu’il existe des regroupements localisés d’activité associée à des tâches spécifiques, mais aucun pattern général de dominance hémisphérique. Malgré les affirmations de Morton et la croyance populaire que les gens peuvent être catégorisés dans un système binaire de cerveau-gauche ou cerveau-droit, l’observation de l’activité cérébrale ne soutient pas cette affirmation.

Conclusion

Un autre mythe populaire mord la poussière. L’idée que les gens ont une dominance cérébrale plutôt gauche ou droite n’a jamais eu de fondement solide en neurosciences, et désormais les meilleures preuves à notre disposition sont assurément négatives.

Comme mythe, celui-ci est relativement bénin, mais pas complètement. Chaque fois que notre compréhension du monde est brouillée par des concepts simplistes et erronés, cela soulève de potentiels problèmes. En l’occurrence, tenter de catégoriser les gens avec une étiquette binaire incorrecte peut se révéler extrêmement contre-productif dans les relations interpersonnelles et particulièrement en psychologie.

De telles idées sont parfois appliquées au domaine de l’éducation, tablant sur la croyance que les enfants ont différents styles d’apprentissage dont il faudrait tenir compte. C’est probablement faux également.

Étiqueter les gens comme cerveau-gauche ou cerveau-droit n’est pas mieux que les considérer sous l’angle de leur signe astrologique ou de leur groupe sanguin, excepté qu’il y a ce vernis neuroscientifique qui pousse certaines personnes, par ailleurs rationnelles, à prendre cette idée au sérieux.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s