L’homéopathie officiellement reconnue en Belgique (Skeptoid)

Triste jour pour la Belgique. Je ne parle pas du résultat des élections mais d’une loi tout récemment sortie sur le moniteur belge: reconnaissance officielle des homéopathes. Par une certaine coïncidence, mon dernier article parlait justement de la dernière grande meta-analyse sur l’homéopathie, qui conclut à l’absence d’efficacité. Cette analyse précède de peu cette nouvelle législation, mais les politiques semblent curieusement aveugles aux données scientifiques.

L’info d’aujourd’hui me serait passé inaperçue sans l’œil toujours à l’affût de Jean-Michel Abrassart et l’activité de sa page Scepticisme scientifique. Dans les médias traditionnels, on en parle un peu, sur les sites de la rtbf et de l’avenir.

Ici, je tire ma traduction de Skeptoid, qui a publié l’article original « Homeopathy is officially recognised in Belgium » de Bruno Van de Casteele le 25 mai 2014. Si les résultats des dernières élections ne sont pas très reluisants pour mon pays, espérons que le gouvernement fera preuve d’esprit critique et viendra remettre de l’ordre au Ministère de la Santé.


À partir de ce mois, l’homéopathie est désormais officiellement reconnue comme discipline thérapeutique en Belgique, mon pays. Cette reconnaissance est complètement absurde, et pas seulement en raison de la difficulté d’estimer la valeur de pilules en sucre ou d’eau sur la santé de patients.

Pour faire court, cette proposition était en discussion depuis 15 ans. En 1999, un ministre (juste avant les élections) avait fait passer une loi qui reconnaissait l’homéopathie, mais ne spécifiait aucune régulation propre. Ainsi, la loi n’avait aucun effet, si ce n’est la possibilité pour les mutuelles de l’inclure dans leurs couvertures d’assurance hospitalisation. Suite à une condamnation de l’Union Européenne l’année passée, le Ministère de la Santé s’est empressé d’obtenir une régulation officielle pour les homéopathes (il y a des élections ce week-end…).

Les représentants des associations d’homéopathes et des universités (dont Wim Betz, célèbre sceptique belge) ont travaillé sur la régulation en question. Dans un premier temps, l’avis des universités avait été ignorée en faveur d’une approche très permissive, jusqu’à ce que les universités menacent de quitter les négociations. Résultat: une régulation franchement absurde et qui ne contente aucune des deux parties.

En bref, quiconque peut officiellement se faire appeler « homéopathe », à condition d’avoir une licence en médecine, dentisterie ou sage-femme, et d’avoir suivi un cursus de formation (il n’en existe actuellement aucun). Ceci signifie que de nombreux homéopathes, qui pratiquent actuellement, seront maintenant interdits de pratiquer, au grand dam des associations d’homéopathes. Néanmoins, l’homéopathie est quand même reconnue, ce qui chagrine les universités pour la simple raison que ça ne fonctionne pas. Le fait que seuls des praticiens de la santé reconnus puissent pratiquer l’homéopathie lui donne au minimum une aura de respectabilité, d’après le SKEPP, l’organisation sceptique belge flamande.

Fort probablement, du travail sera encore nécessaire étant donné la tâche bâclée (les parties impliquées sont d’accord mais pas le ministère). Une chose positive sort de tout ceci: la participation active de sceptiques comme Wim Betz, qui a passé des heures et des heures dans des réunions à défendre le point de vue scientifique (et vrai), a permis d’éviter une législation bien pire. C’est une maigre consolation.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s